L. Szondi


News
Szondi Institut
Articles
Szondi Vectors Descriptions
Literature
New Developments
Szondi's Applications
Szondi Groups
Links
Personality Developments
The Latin Section
Rorschach
Books
Phoenix-Hus









Sexuel Profils

1. S+0

Prévalence de l Eros personnalisé, sur un mode infantile.


(S +!0: sexualité prégénitale). Le sujet manifeste un besoin de tendresse qui s exprime le plus souvent sur un mode infantile, dans la mesure où manque la composante active de la sexualité. Lorsque cette réaction est hypertrophiée (+!0), il existe presque toujours un besoin évident de régresser vers des modes de satisfaction sexuelle très infantiles, sous le signe de la dépendance et de la passivité. Lorsque ces besoins ne sont pas satisfaits - c est souvent le cas en raison du caractère exorbitant de la demande - le sujet peut réagir avec violence. C est l autre sens possible de S0.


2. S0+

Prévalence de l'agression, du sadisme ou de la domination, avec recherche de satisfactions sexuelles infantiles


(S 0 +! sadisme sexuel ou autre) Le besoin d'agresser, de dominer, de contrôler, prend le pas sur la tendance à nouer des relations érotiques mutuellement gratifiantes. Assez souvent il s' agit de séducteurs ou de charmeurs dont la sexualité, plutôt faible, se satisfait de l'acte conquérant L'accentuation des tendances agressives (S 0+!) plaide fortement pour l'existence de tendances sadiques perverses.


3. S-0

Prévalence de l amour collectif ou platonique, avec satisfaction des tendances agressives dans des entreprises de style généralement humanitaire.


S-!0 répression excessive de l Éros. Cette réaction est typique de la sublimation active pour autant que le moi ait atteint un degré de maturité suffisant. L accentuation (-!0) doit faire penser à une composante homosexuelle.


4. S0-

Prévalence du don de soi, sacrifice, passivité.
(0-! masochisme sexuel ou autre)
Le sujet tend à trouver son compte dans une relation de dépendance passive. L accentuation de cette tendance (0-!) plaide fortement pour l existence d un masochisme pervers.


Ajoutons qu il est fréquent de rencontrer cette réaction chez les criminels passionnels. L investigation analytique montre que chez beaucoup d assassins, les tendances masochistes inconscientes sont très développées. Il est banal de constater qu un criminel, une fois son geste accompli, éprouve une sensation de soulagement et de calme intérieur, sentiment qui se renforce encore lorsqu il avoue son crime appelant ainsi la punition inconsciemment souhaitée. C est le deuxième sens de s-!


5.S++

Sexualité adulte normale.


Association des deux courants, tendre et agressif, de la sexualité.
(S +!+!) insatisfaction sexuelle. Ce profil est normatif. Statistiquement, c est aussi le plus répandu. Lorsqu un des deux termes, ou tous les deux sont accentués (+!+!), on doit penser que les besoins sexuels ne trouvent pas de satisfaction dans la réalité. Cette hypertension est fréquente, avons nous vu, chez toutes les catégories de malades mentaux.


6. S--

Sexualité normale sublimée, disponible pour les oeuvres de culture (h-) et de civilisation (s-).


S-!-! sublimation suspecte (homosexualité ou perversion) Ce profil est caractéristique de la sublimation réussie pour autant que le moi ait atteint un degré d évolution supérieur (Sch ±±, ±+, + +). Sinon il faut plutôt penser à une forme de sexualité névrotique ou perverse, surtout lorsque l un ou l autre facteur est hypertendu.
La clinique psychanalytique confirme couramment la proximité de ces deux

structures : sublimation et perversion. Dans les deux cas, le cours normal de la sexualité se trouve dévié, tantôt quant à l objet, tantôt quant au mode de satisfaction recherché. Le pervers se distingue toutefois de l individu sublimé par l hypertonie des tendances négatives (h-! ou s-!) et la structure plus fragile du moi. Il présente par ailleurs des troubles du contact de type psychopathique. Le plus souvent aussi, le pervers présente à l arrière-plan, et parfois même à l avant, des réactions exactement opposes (h+! ou s+!) qui témoignent du clivage intense auquel toute sa vie pulsionnelle est soumise. Szondi cite souvent le cas d un criminel nazi, pervers notoire, qui présentait alternativement, dans son avant-plan, la réaction s-!!! et la réaction s+!!! (TP, 387).


7. ± 0

Hésitation entre l Éros individuel et l Éros collectif. bisexualité.


Le dilemme réside dans le choix d une voie propre à satisfaire le besoin d amour du sujet : doit-il attendre la satisfaction d une personne déterminée ou lui faut-il embrasser une cause plus vaste ? Plus profondément et plus essentiellement, le sujet hésite entre la voie homosexuelle et la voie hétérosexuelle. Son désir vise les deux sexes.


8.S0

± Sadomasochisme sexuel ou moral.


Ce profil est typique des sadomasochistes chez qui les besoins érotiques sont faibles en regard de la nécessité de maintenir avec leurs objets des relations serrées et perpétuellement problématiques où le persécuteur et le persécuté, le dominant et le dominé n arrêtent pas d échanger leurs rôles.


9.S+-

Passivité totale. Inversion sexuelle chez l homme.


Ce profil indique la tendance à adopter une position sexuelle aussi passive, aussi abandonnée que possible. Classiquement, c est l image de la sexualité féminine. La passivité sexuelle est typique des sujets obsessionnels chez qui elle revêt une signification défensive. La même remarque vaut pour les psychasthéniques et les dépressifs. Lorsque cette tendance est hypertrophiée (+!-!), il faut suspecter, chez l homme, de fortes dispositions à l homosexualité passive, et chez la femme, des penchants masochistes (femmes esclaves, toujours soumises, s offrant d avance à tous les caprices de leurs partenaires; ce profil est fréquent chez les prostituées d occasion). Nous avons également vu que ce profil, lorsqu il est fortement accentué, était typique de la régression narcissique extrême, telle qu on la rencontre chez les psychotiques. (Schizophrènes et mélancoliques)


10. S-+

Sexualité virile agressive. Humanisme militant.


Ce profil est fréquent chez les individus qui répriment leurs aspirations érotiques et qui tendent à satisfaire leur besoin d activité ou d affirmation virile par le truchement d actions humanitaires de caractère agressif (assistantes sociales...) Cette réaction se rencontre classiquement chez les hystériques, chez qui la négation de la castration est au premier plan des conflits d identification. L accentuation de ces tendances (h-!s+!) plaide pour une certaine forme de sadisme ou d homosexualité active mal sublimée.


11. S-

± Sadomasochisme avec répression ou sublimation de lÉros.


Ce qui manque dans ce cas-ci est le désir ou la capacité de nouer une relation sexuelle avec un partenaire différencié.


12. S±-

Besoin de civilisation et de culture, dans un sens féminoide, n'excluant pas la personnalisation dÉros.


Il s'agit d'une forme de sexualité assez élaborée, bien équilibrée, caractéristique d' une sublimation qui n' exclut pas le désir ni la capacité de nouer des liens érotiques avec des objets bien déterminés.


13. S+

± Sexualité normale mais teintée de passivité et de sadomasochisme.


C'est un profil fréquent qui traduit une certaine difficulté à assumer la dimension active de la sexualité, celle-ci étant par ailleurs normale.


S14. S±+

Sexualité normale avec un souci de culture.


Ce qui manque ici est le besoin de se donner ou de se sacrifier (s-).


15. S

±± Bisexualité totale.
Le sujet s' efforce d' intégrer toutes les dimensions de la sexualité, entreprise rarement couronnée de succès. Ce dilemme est fréquent chez les hystériques, les phobiques tout spécialement.


16. S00

Infantilisme sexuel - Anhédonisme. Ascétisme - Frigidité - impuissance.


Un tel profil peut signifier que la sexualité est momentanément inactive du fait d une satisfaction orgastique récente, ou bien que la sexualité du sujet est constitutionnellement déficiente. Ce caractère déficient de la sexualité peut aussi résulter d une ascèse réussie ou d un refoulement ancien et prolongé (dans les cas de frigidité primaire, parfois) qui a fait régresser le sujet vers des modes de satisfaction libidinale infantile. Chez la femme, cette réaction signe souvent la frigidité périodique, chez l homme, limpuissance occasionnelle.

Fin

© 1996-2001 Leo Berlips, JP Berlips & Jens Berlips, Slavick Shibayev